Petite histoire…

J’ai commencé à photographier les pochoirs disséminés un peu partout dans Lyon en décembre 2008. Sans réellement les chercher au début. Me contentant d’arpenter au hasard des rues et des ruelles une ville que j’apprenais à connaître. Et remarquais très vite sous les ors officiels du patrimoine culturel lyonnais l’intense activité et la diversité du mouvement Street Art. En se réappropriant le paysage urbain comme terrain d’expression et en ornant les murs de pochoirs, de collages ou de graffs, les artistes Street Art injectent en ville une bouffée de liberté, d’impertinence et de contestation.

Peu à peu (et là je fais court), mes pérégrinations n’eurent pour seul but que de dénicher de nouveaux pochoirs. Armé de mon petit appareil numérique, sac au dos et baskets aux pieds, je traînais et errais pendant des heures d’un quartier à l’autre, d’un arrondissement à l’autre. Toujours à pied. Seul. Ne prenant le métro que lorsque c’était indispensable. Scrutant trottoirs, murs, façades, montées d’escaliers ; la tête à droite, à gauche, en l’air. Il faut tout bonnement se perdre dans la ville pour trouver des pochoirs. Il faut avancer – parfois tourner en rond – sans se fixer un quelconque itinéraire, s’ouvrir au hasard de la découverte. C’est comme ça que progressivement j’en suis venu à ne photographier (presque) que des pochoirs. Puisque le Street Art produit des oeuvres éphémères, promises à être effacées ou à disparaître sous les coups de pinceaux des agents municipaux, il me semblait primordial de les « immortaliser » pour dresser la cartographie du pouls créatif des Street Artistes Lyonnais. D’en conserver les traces sur mon ordinateur et de m’en constituer un dossier : Sur les murs… 

Pendant pratiquement deux ans donc, de décembre 2008 à décembre 2010 (date de création du blog Art de rue à Lyon), j’ai photographié les pochoirs que l’on pouvait voir sur Lyon – principalement sur la Presqu’île. Le tout étant de les trouver et de chaque fois en trouver des nouveaux. D’actualiser le contenu pour tenter de dresser une vision d’ensemble du travail de ces artistes urbains dont les pochoirs, collages ou peintures murales décorent certaines rues de la ville. Je me suis retrouvé avec plus de 250 photos comme autant de preuves de l’extrême vivacité et activité du Street Art lyonnais. Avec un tel stock d’images qui pourra peut-être paraître dérisoire aux yeux de certains mais qui a nécessité de longues heures de marche, il me paraissait intéressant de faire découvrir et partager cet aspect de la culture urbaine. Ce blog est le reflet des paysages de nos rues.

Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s